Qui peut bénéficier de l'AMCC+?

Drought affected area
Région affectée par la sécheresse - Bangladesh 
© UE AMCC+ - Délégation de l’UE – 2013

L’AMCC+, initiative phare de l’UE, concentre son soutien – sans toutefois s’y limiter – aux bénéficiaires d’APD du groupe des Pays les moins avancés (PMA) et des petits États insulaires en développement (PEID) repris sur les listes officielles du CAD de l’OCDE et des Nations Unies. 
L’AMCC + intervient essentiellement par le biais d’accords de financement conclus avec les pays partenaires, notamment les accords d’appui budgétaire, de subvention et de délégation avec les agences des
États membres de l’UE et d’autres accords, conclus avec des organisations internationales. Les organisations régionales et les organisations de la société civile (OSC) peuvent également bénéficier des actions de l’AMCC+ par le biais de subventions.   
Un programme spécifique, le
  programme intra-ACP de l'AMCC+ couvre le dialogue politique et la coopération, dans le domaine du changement climatique, entre le groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique) et l’UE.   

Quels sont les objectifs prioritaires de l'AMCC+?

Conformément aux Marqueurs de Rio de l’OCDE et aux engagements de l’UE dans le domaine de l’action climatique, tous les projets de l’AMCC+ doivent avoir pour objectif principal de faciliter la transition vers un avenir à l’épreuve du changement climatique et à faibles émissions, conformément à l’objectif de 2°C. Ils doivent également favoriser une compréhension commune des risques, coûts et défis liés au changement climatique, des avantages d’un développement à faibles émissions et à l’épreuve du changement climatique et des liens avec le Programme de développement durable (à l’horizon 2030)
Une action de l’AMCC+ financée par l’UE poursuivra donc « un objectif d’adaptation au changement climatique (ACC) et/ou d’atténuation du changement climatique (climate change mitigation, CCM) et/ou de réduction des risques de catastrophe (RRC) afin de contribuer à renforcer la résilience au changement climatique ». La poursuite simultanée de ces différents objectifs est encouragée, sans être obligatoire, pour pouvoir bénéficier du soutien de l’AMCC+. Par exemple, un projet de reboisement/gestion forestière durable peut ainsi, simultanément, améliorer la séquestration du carbone et soutenir les moyens d’existence de la communauté ainsi que sa résistance à l’impact négatif du changement climatique.   

Qu'est-ce qu'une intervention axée sur l'adaptation au changement climatique (ACC)?

Une intervention axée sur l’ACC a pour objectif de réduire la vulnérabilité des systèmes humains ou naturels face à l’impact actuel et attendu du changement climatique, notamment la variabilité du climat, en préservant ou en améliorant la résistance, à travers une capacité renforcée d’adaptation – ou de gestion – aux stress, aux chocs et à la variabilité climatiques, et/ou en contribuant à limiter l’exposition à ces stress, chocs et variabilité. Le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes (2015-2030) souligne la nécessité de s’attaquer au changement climatique en tant que facteur de risque de catastrophe, et appelle à améliorer l’adaptation en y intégrant des mesures de réduction des risques.

Qu'est-ce qu'une intervention axée sur l'atténuation du changement climatique (CCM)?

Une intervention axée sur la CCM contribue généralement à l’objectif de stabilisation des concentrations de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère en soutenant les efforts de réduction ou de diminution des émissions ou en encourageant la séquestration des GES. 

Quelles sont les grandes priorités de l'AMCC+? 

Les trois axes prioritaires de l’initiative AMCC+ UE sont les suivants : 

  • Intégrer les aspects en rapport avec le changement climatique dans les efforts de développement et de réduction de la pauvreté. Il s’agit donc d’intégrer les objectifs, stratégies, politiques, mesures ou interventions axés sur l’adaptation et l’atténuation dans les politiques de développement, les processus et les systèmes budgétaires nationaux et régionaux, et ce à tous les niveaux et à tous les stades. 
  • Renforcer la résilience aux stress et aux chocs climatiques. À travers cette priorité, l’AMCC+ vise à améliorer la capacité et l’aptitude des communautés, pays et/ou régions à résister aux stress et chocs climatiques, à s’y adapter et à s’en rétablir (gestion et réduction des risques de catastrophe) ; 
  • Soutenir l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies d’adaptation et d’atténuation sectorielles climatiques, concrètes et intégrées, ce qui suppose de comprendre parfaitement l’impact du changement climatique dans un secteur particulier, notamment par le biais d’analyses de la pauvreté et de l’impact socioéconomique. Cette priorité est en lien avec les plans nationaux d’adaptation (PNA) et/ou les contribution prévues déterminées au niveau national (CPDN) au titre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Quels sont les types d'intervention soutenus par l'AMCC+?

L’AMCC+ a pour mission première d’aider les pays les plus vulnérables à faire face à l’impact du changement climatique et d’encourager le dialogue politique sur le changement climatique, y compris dans le cadre des négociations internationales menées au titre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Les actions financées au titre de cette initiative phare de l’UE entendent faire la différence pour les groupes vulnérables au changement climatique, conformément aux principes du développement durable et inclusif, tout en aidant les pays partenaires à préparer et à mettre en œuvre leurs stratégies et plans nationaux garantissant la mise en œuvre efficace de leurs engagements au titre de la CCNUCC et d’autres engagements dans le domaine de la lutte contre le changement climatique. 
L’AMCC+ entend donc aider les partenaires à :

  • Identifier les approches d’adaptation et/ou d’atténuation qui contribuent directement aux priorités définies dans leurs stratégies climatiques de référence, comme les CPDN et les PNA, et encourager les liens entre ces approches et les stratégies et plans nationaux axés sur le développement durable et le changement climatique ; 
  • Structurer et mettre en place des systèmes de gouvernance, des cadres politiques et des cadres de redevabilité intégrés – associant surveillance, communication et vérification (monitoring, reporting and verification, MRV) –  ainsi que des systèmes de financement ; et renforcer les capacités et la gestion des connaissances sur les questions et les risques en rapport avec le climat ;  
  • Mettre en œuvre des solutions nationales et locales d’adaptation et d’atténuation qui ont un impact concret sur la vie des populations et qui renforcent la résilience ; 
  • Réaliser des analyses coûts-bénéfices et des évaluations écosystémiques intégrées en vue de la conception et de la mise en œuvre de politiques durables qui protègent les biens publics et les services écosystémiques sensibles au climat. L’objectif étant d’assurer sur le long terme l’accès à l’eau et aux sources d’énergie – ainsi qu’à leurs infrastructures –, la protection des zones côtières, des systèmes agricoles et alimentaires durables, l’utilisation durable des ressources terrestres, etc.

Quelles sont les activités types de l'AMCC+?

Les activités types de l’AMCC+ comprennent :

  • Renforcement de la résilience et la capacité d’adaptation des systèmes humains et naturels aux risques de catastrophe et aux catastrophes naturelles d’origine climatique (par ex. agriculture climato-intelligente, gestion intégrée des zones côtières, rétablissement des mangroves, protection et rétablissement de bassins hydrologiques dégradés et amélioration de la durabilité des services écosystémiques) ;

  • Amélioration de la capacité communautaire et institutionnelle dans le domaine de la résilience au changement climatique, de l’atténuation, de l’adaptation, de la réduction des risques et de l’alerte précoce (par ex. intégration de la RRC et de l’adaptation au changement climatique, élaboration de politiques et feuilles de route nationales pour la lutte contre le changement climatique) ; 

  • Promotion des mécanismes de renforcement des capacités, permettant une planification et une gestion efficaces dans le domaine du climat, en mettant notamment l’accent sur les femmes, les jeunes et les communautés locales ou marginalisées (par ex. intégration des questions liées au changement climatique dans les systèmes nationaux et régionaux de planification et de budgétisation, et augmentation des fonds octroyés aux gouvernements locaux pour la mise en œuvre de stratégies climatiques). 

Quelles sont les mesures qui peuvent être mises en oeuvre? 

Des mesures « structurelles » en rapport avec actifs physiques et des mesures « non structurelles » peuvent être envisagées, comme celles-ci : programmes de surveillance ou d'intervention d'urgence, renforcement des capacités, formation du personnel et activités de transfert de connaissances et de compétences, élaboration de cadres stratégiques ou institutionnels d'évaluation et de gestion des risques climatiques (sur la base d'une évaluation approfondie des capacités institutionnelles et des besoins de développement) et solutions financières. Il est recommandé d’associer ces deux types de mesures pour accroître la résilience aux changements climatiques.

Ces mesures peuvent être déployées dans n’importe quel secteur particulièrement concerné par l’adaptation au changement climatique (par exemple, l'agriculture et la sécurité alimentaire, l'eau, la gestion des zones côtières, la réduction des risques de catastrophe, l'environnement et la biodiversité, les infrastructures à haut rendement énergétique) et/ou l'atténuation (par exemple, la foresterie, l'agriculture et l'utilisation des terres, et l'énergie). Bien que tous ces aspects en rapport avec le climat soient éligibles au soutien de l'AMCC+, une attention particulière devrait être accordée à l'accès à l'eau et à sa gestion, à l'utilisation durable des ressources naturelles et des terres, à la planification de la gestion des risques, à la gestion écosystémique, aux synergies et aux co-bénéfices de l’adaptation-atténuation, à la conception des infrastructures et au développement urbain durable, aux questions de genre et aux migrations induites par le climat.

Les responsables de la programmation sont invités à consulter la DG DEVCO – Unité C6 « Énergie durable, changement climatique » et/ou la Facilité d’appui de l'AMCC+, s’ils ont besoin d’aide ou en cas de doute pour toute question relative à la pertinence des activés proposées en rapport avec le climat.    

info@gcca.eu