GCCA+ Debate

Depuis des décennies, les organisations de la société civile (OSC) sont impliquées dans le plaidoyer et la sensibilisation au changement climatique, et font pression sur les gouvernements et les grandes entreprises pour qu’ils prennent des mesures ou réagissent face aux conséquences irréversibles de l’aggravation du réchauffement climatique.

Pour l’Alliance mondiale contre le changement climatique + (AMCC+), initiative phare de l’Union européenne (UE), l’approfondissement de ses relations avec les OSC constitue l’une des principales priorités.

L’approfondissement des partenariats avec les organisations de la société civile fait également partie du nouveau Consensus européen pour le développement, signé en juin 2017 lors des Journées européennes du développement (JED 2017), un événement annuel qui attire des milliers de décideurs et d’experts du monde entier.

Quelle est la meilleure façon d’y parvenir et d’en tirer des avantages mutuels aux niveaux local, national et international ? Tel était le sujet d’un débat mené par l’AMCC+ lors des JED 2017, le 8 juin, dans la salle de conférence du complexe Tour & Taxis à Bruxelles, où des représentants de gouvernements et de la société civile se sont exprimés.

Les participants ont ainsi cialisfrance24.com entendu que l’Union européenne considérait la participation de la société civile comme vitale et souhaitait stimuler le partage des connaissances afin de créer des réseaux plus solides, aptes à maximiser les impacts.

La panéliste Rosario Bento Pais, de la direction générale de la coopération internationale et du développement (DG DEVCO) de la Commission européenne, a félicité la société civile pour avoir incité les décideurs à aller plus loin dans la lutte contre le réchauffement climatique.

« Une grande partie de ce qui a été atteint lors de toutes les négociations sur le changement climatique est due à la société civile », a-t-elle soutenu.

L’accord de Paris

Mais dans la tourmente récente entourant l’Accord de Paris, « le rôle de la société civile est plus important que jamais pour encourager les décideurs à respecter leurs promesses », a-t-elle ajouté, exhortant les OSC à élargir et à intensifier leurs efforts de formation de coalitions.

Les questions centrales du débat de 75 minutes portaient notamment sur la façon dont les OSC devraient assurer l’intégration des groupes très vulnérables dans les politiques en matière de climat et de développement durable.

« Je pense que les gens sont d’autant plus vulnérables qu’ils sont exclus. Par conséquent, si nous voulons réduire la vulnérabilité, nous devons mener des processus d’inclusion », a déclaré Marcus Oxley, directeur exécutif du Réseau mondial d’organisations de la société civile pour la réduction des catastrophes (GNDR).

« Dans le mouvement en faveur du climat, nous avons un dicton : "Pour changer le tout, nous avons besoin de tout le monde" », a ajouté Maria Theresa Nera-Lauron, du Partenariat des OSC pour l’efficacité du développement.

Ses paroles ont été reprises par Buh Wung Gaston, coordinateur d’un groupe d’initiative non gouvernemental/à but non lucratif basé au Cameroun, Geo-technology, Environmental Assessment and Disaster Risk Reduction (GEADIRR).

« Les gouvernements ne peuvent pas faire le travail seuls et c’est pourquoi nous devons unir nos efforts... Nous nous considérons comme des connecteurs. »

Mise en œuvre

Le débat alimentera les projets futurs de l’AMCC+ et s’inscrit dans le cadre des efforts de l’initiative visant à associer plus étroitement les OSC à l’identification des besoins et des priorités.

« Nous nous efforçons de veiller à ce que des besoins nouveaux et inédits soient pris en compte », a indiqué Guido Corno, un expert en changement climatique de l’AMCC+, modérateur de l’événement.

L’AMCC+ a également pris part à un stand présentant les initiatives de la DG DEVCO en matière d’environnement et de changement climatique. A l’aide d’un jeu de repérage interactif et graphique très remarqué, l’initiative visait à mettre en évidence les cinq priorités (P) du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et du nouveau Consensus européen sur le développement – Personnes, Planète, Prospérité, Paix et Partenariat –, ainsi que la contribution des initiatives de la DG DEVCO à ces politiques de développement.

Une fresque murale multicolore et fascinante a attiré l’attention de nombreux visiteurs dans le hall d’exposition des JED.

Le but du jeu ? Repérer les cinq « P » cachés dans quatre décors différents –forêt, mer, village et ville – tous représentés dans des graphismes colorés. Les participants ont ensuite pu consulter les textes et les vidéos intégrés pour en apprendre davantage sur les activités de préservation de la Terre que déploient les personnes impliquées. Les participants qui ont terminé le jeu interactif ont reçu un sac écologique en guise de récompense.

Parmi les autres initiatives de la DG DEVCO à ce stand, citons SWITCH to Green, B4Life, FLEGT, REDD+ et Greening EU Cooperation. Toutes abordaient des défis de l’environnement et du développement.

« J’ai beaucoup aimé – c’était très interactif », a déclaré Anne Schmidt du Inclusive Business Action Network, basé en Allemagne. « Le jeu m’a donné une bonne image de ce que les initiatives impliquées réalisent. » 

Ecoutez le débat : https://soundcloud.com/user-410503258/global-climate