Duration
to
Status
Active programmes
Région
Afrique
Pays
Afrique
Afrique du Sud
Angola
Botswana
Burundi
Comores
République Démocratique du Congo
Djibouti
Egypte
Eritrée
Ethiopie
île Maurice
Kenya
Lesotho
Madagascar
Malawi
Mozambique
Namibie
Ouganda
Rwanda
Seychelles
Soudan
Swaziland
Tanzanie
Zambie
Zimbabwe
Total budget
-
Sector(s)
GCCA priority area(s)
Effets du changement climatique sur la région

Dans la région COMESA-EAC-SADC, les effets des changements climatiques incluent une fréquence accrue des phénomènes météorologiques extrêmes, comme les inondations, les ouragans et les grandes sécheresses. Ces phénomènes ont des impacts sociaux, économiques et politiques significatifs, en particulier sur la sécurité alimentaire. La disponibilité des ressources en eau devient un défi majeur et menace sérieusement les systèmes de production alimentaire de la région et les progrès vers la réduction de la pauvreté. Les changements climatiques, de par leur nature et leur ampleur, non seulement entravent le développement humain et la conservation de l’environnement, mais constituent également une menace majeure pour la sécurité des habitants aux niveaux nationaux et régional. Les changements climatiques peuvent aussi susciter des conflits entre et au sein des nations du fait de la raréfaction des ressources et de la destruction des moyens de subsistance.

Bien que les changements climatiques concernent tous les pays et toutes les populations, leurs impacts sont très hétérogènes et sont particulièrement ressentis par les groupes sociaux vulnérables ayant peu de ressources. Leur dépendance à l’égard des ressources écologiques locales, couplée au stress sanitaire et à l'accès limité au crédit et aux transferts de technologies pour l’atténuation et les mesures d’adaptation, les rend hautement vulnérables.

Les petits exploitants agricoles, qui constituent la part la plus importante de la population régionale, sont la principale cible de ce programme. En élargissant l’adoption et la mise en œuvre d’une agriculture compatible avec le climat (ACC), d’une agriculture de conservation (AC) et d’autres pratiques de gestion durable des sols, la résilience du secteur agricole aux impacts des changements climatiques s’en trouvera accrue et les moyens de subsistance et la sécurité alimentaires seront garantis.

GCCA's action programme
Geographical scope
Country groups
Initial GCCA/GCCA+ contribution
0.00 €
Specific objectives

Permettre aux États Membres du COMESA, de l'EAC et de la SADC d’accroître leurs investissements dans la résilience climatique et l’efficacité carbone dans les domaines de l’agriculture, de la foresterie, de l’utilisation des terres et de l’énergie.

Key achievements

Une position africaine commune pour les négociations climatiques internationales

  • Le programme a assisté l'ICRAF (Centre international d’agro-foresterie) dans la production et la compilation d'informations scientifiques et techniques venant étayer la position africaine lors des négociations

  • A élaboré des projets de positions sur l’agriculture en Afrique.

  • A soutenu l’AMCEN dans l’élaboration de positions pour l’Afrique

  • A financé la venue de négociateurs

Développement de cadres d'investissement pour l'ACC et de stratégies nationales de financement pour la mise en œuvre de programmes d'AC

  • Le programme a organisé des tables rondes consultatives dans plusieurs États membres et des réunions régionales sur la généralisation de l’AC et de l’ACC. Des experts ont été engagés dans 5 États membres pour faire le point sur l’AC et pour aider à élaborer les premiers cadres d’investissement nationaux dans l’AC.

Soutien aux PANA

  • Le programme a aidé un certain nombre d'États membres à compléter leurs plans nationaux d'adaptation (PANA).

Soutien aux femmes

  • Une étude régionale sur "l'intégration des agricultrices dans l’agrobusiness et dans les chaînes de valeur régionales et mondiales" a été menée au Kenya, en Ouganda et à l'île Maurice.

  • Développement d'un projet de cadre de la stratégie régionale sur l’intégration du genre dans l'agriculture et le changement climatique.

  • En 2012, le COMESA a lancé une stratégie régionale et plan d'action stratégique pour l’intégration du genre dans l’agriculture et le changement climatique. Le document servira d’outil de références aux institutions régionales et nationales afin de mettre en œuvre de programmes orientés genre en l'agriculture intelligente face au climat de manière harmonieuse.

  • En Zambie et au Kenya et les groupes de femmes ont été directement financés afin de pratiquer une agriculture intelligente face au climat à travers la provision de d'équipements de serre

Gestion des déchets municipaux

En 2012, le Secrétariat du COMESA a commencé une étude de la gestion des déchets municipaux dans 3 villes types au Kenya , en Zambie et au Zimbabwe Ce projet permettra d'atteindre les résultats suivants: 

  • Identifier les principaux moteurs conceptuel, politique et institutionnel du système de gestion des déchets et d'évaluer si et comment le changement climatique peut ou pourrait entré en compte dans ce processus.

  • Offrir une compréhension de la production de déchets, les types de déchets, un solide système de gestion des déchets dans la ville, sa structure, la gouvernance, les acteurs, le processus de collecte, d'enlèvement et d'élimination.

  • Fournir des informations et des données concrètes sur les quantités de déchets, les coûts, ce qui fonctionne et les lacunes du système.

  • Mettre en place la couverture géographique, sociale et sectorielle du système et fournir des modèles pratiques pour la gestion des déchets solides municipaux avec un accent particulier sur les déchets à l’énergie, le commerce du carbone et la participation communautaire.

Il est prévu que ces études, qui devraient être achevées début 2013, soient étendues à d'autres villes à l'avenir.

Implication des jeunes

  • Avant les seixième et dix-septième Conférence des Parties (CdP16 et CdP17), le COMESA a cofondé les conférences régionales de la Jeunesse sur le changement climatique qui ont eu lieu à Lilongwe au Malawi en 2010, et à Lusaka – Zambie in 2011. Des centaines de jeunes gens, âgés entre 15 et 35 de toute l'Afrique orientale et australe (ESA) ont assisté aux conférences et ont discutés de leurs rôles potentiels dans l’adaptation et l’intégration en changement climatique, et les impacts sociaux et économiques du changement climatique sur la jeunesse.

  • À la conférence de Lusaka, des participants sont venus de toute l’Afrique et au-delà du continent africain. La Conférence de Lusaka a lancé une Alliance pour la jeunesse COMESA-EAC-SADC, et avec le soutien du COMESA elle a ouverte un secrétariat temporaire à Lusaka, en Zambie.

  • En octobre 2012, toujours avec le soutien du COMESA, une conférence de la jeunesse s’est tenue à Harare au Zimbabwe. Elle a permis à l'alliance de la jeunesse de finaliser sa constitution, ainsi que de venir à bout d’un projet de plan stratégique pour leur organisation.

  • En 2013, l’unité changement climatique du COMESA a initié un programme de plantation d'arbres par les écoles.

Cibler les médias

  • Une séance de réseautage de trois jours sur le renforcement de capacité des médias d’Afrique de l'Est et australe est prévue à Kampala en Ouganda Avril 2013, plus de 50 journalistes appartenant à des associations régionales et nationales sur l’environnement / changement climatique, de 24 pays différents seront présents.

Promotion de solutions d'atténuation avec des avantages commerciaux de carbone

  • Le fonds de carbone du  COMESA a été enregistré en Septembre 2010 à l'île Maurice. En 2012, il a entamé un processus d'appui à un projet de production de biogaz par les services pénitentiaires du Rwanda en vue de l'enregistrement d'un projet MDP.

Publications et rapports

  • Mémoire sur le lancement du programme à la COP17

  • Plusieurs articles de la newsletter hebdomadaire e- COMESA: planification annuelle sur le changement climatique tripartite adaptation et programme d'atténuation (COMESA - EAC-SADC)

  • Mettre l'accent sur le changement climatique du COMESA Volume 1

  • Les initiatives de changement climatique du COMESA - les réalisations et les perspectives 2008-2011

  • Les initiatives de changement climatique du COMESA - les réalisations et les perspectives 2008-2012

  • Mettre l'accent sur le changement climatique: 
    • Documentaires télévisés
    • CD musicaux  sur le changement climatique (également sur YouTube)
    • DVD sur le changement climatique (postés sur YouTube)
    • Affiches du COMESA  sur le changement climatique 
    • Affiches d COMESA-EAC-SADC  sur le changement climatique
    • Fournitures de bureau et calendriers de poche 2012
Main activities per result

La mise en œuvre du programme est structurée selon les 7 volets suivants :

Consolidation d’une position africaine unique qui soit concrètement reflétée dans les accords internationaux sur les changements climatiques, et intégration des enjeux liés aux changements climatiques dans les stratégies nationales

À cette fin, les capacités humaines et institutionnelles dans les trois communautés économiques régionales concernées seront renforcées. En outre, un processus global visant à une position africaine consolidée lors des négociations internationales sur les changements climatiques et à l'adoption de ses éléments clés dans les accords internationaux sera mis en œuvre. Concernant l'intégration (climate change mainstreaming), une revue des institutions impliquées dans l'adaptation et l'atténuation des changements climatiques sera réalisée, un programme de sensibilisation pour les décideurs sera mené, et les États membres seront soutenus dans l'élaboration de stratégies nationales de réponse aux changements climatiques et de cadres d'investissement associés. En dehors de l'arène politique et de la planification nationale, l'intégration sera également encouragée dans le secteur de l'éducation.

Développement de cadres d’investissement nationaux pour une agriculture compatible avec le climat, et de stratégies nationales de financement pour la mise en œuvre de programmes d’agriculture de conservation

Les États membres seront soutenus dans le développement de cadres d’investissement et de stratégies de financement pour la mise en œuvre de programmes en matière d’ACC, d’AC et pour d’autres activités d’adaptation liées à l'agriculture, à la sylviculture et à d'autres utilisations des terres (AFOLU). Pour ces cadres d’investissement et stratégies de financement, plusieurs options seront envisagées, telles que les fonds d’adaptation et autres mécanismes de financement de la lutte contre les changements climatiques, les formules d’assurance météorologique pour les petits exploitants agricoles, les mécanismes de marché et les incitations à la mise en oeuvre d'activités d’atténuation, les partenariats public-privé et les financements nationaux.

Promotion d’une agriculture compatible avec le climate, de l'agriculture de conservation et d’autres pratiques d’utilisation durable des sols comme mesures adéquates d’adaptation et d’atténuation

Le programme vise à une large adoption de l’ACC, de l’AC et d’autres pratiques d’utilisation durable des terres. Dans un premier temps, les organisations partenaires pertinentes dans la région COMESA-EAC-SADC seront identifiées et impliquées dans la mise en œuvre. Le programme appuiera également la création d’un environnement propice pour l’ACC et l’AC à travers le renforcement des infrastructures TIC (technologies de l’information et de la communication) et des services agricoles essentiels existants, comme l’approvisionnement en semences, les services de vulgarisation, l’accès aux marchés, etc. À la fin du programme, au moins 14 projets pilotes sur l’AC seront mis en œuvre.

Recherche et formations sur l’agriculture compatible avec le climat et l'agriculture de conservation

Deux institutions existantes seront mandatées pour devenir les centres régionaux de connaissances sur l’AC. Ils mèneront un programme international sur le transfert de savoir sur l’AC, en se concentrant sur les technologies et les pratiques améliorant la production agricole résiliente au climat. Le Réseau africain de connaissances sur les changements climatiques sera renforcé et soutenu dans ses opérations. Enfin, deux programmes de recherche seront initiés : le premier sur la production de données scientifiques soutenant la position africaine sur les changements climatiques à l’international, et le second sur les méthodologies (veille, suivi), pratiques et normes relatives au carbone biologique, aux pratiques liées à l'AFOLU, et aux autres mesures d’atténuation.

Évaluation et analyse de la vulnérabilité

Sous ce volet, des activités de renforcement des capacités seront entreprises au sein de Secrétariat de la SADC et à l’échelle des États membres. La vulnérabilité sera évaluée et analysée dans au moins 8 pays.

Promotion de solutions d'atténuation générant des profits sur le marché du carbone

Des stratégies et solutions d’atténuation appropriées seront développées dans le secteur de l’AFOLU. Les capacités seront renforcées à travers la formation des parties prenantes et la diffusion des connaissances et expériences. Certains projets pilotes d’atténuation seront mis en œuvre et évalués. En ce qui concerne la REDD, des stratégies nationales et au moins 4 projets pilotes REDD seront conçus, initiés et évalués. Afin d’augmenter la participation au marché du carbone, le programme soutiendra la mise en place effective d’un mécanisme d’aide à la préparation de projets carbone et l’établissement d’un Fonds Carbone régional.

Fonds régional catalyseur / « Challenge Account »

Pour soutenir les investissements dans des programmes nationaux d'AC et d’ACC, un Fonds régional catalyseur / « Challenge Account » sera mis en place. Le Fonds fonctionnera comme un véhicule permettant de canaliser les ressources auprès des États membres pour accroître les activités liées à l'ACC et l'AC. Des investissements seront effectués dans au moins 6 pays. L’appui du programme comprendra des formations et des travaux de vulgarisation, le développement de supports de formation et de vulgarisation, la fourniture de matériel et d’intrants pour les praticiens de l’AC, ainsi que la promotion de technologies d’AC parmi les agro-commerçants, qui seront encouragés à adopter les pratiques d’AC.