Les règles du jeu adoptées lors de la COP24 : le point de vue de l’AMCC+

Les effluves de charbon à la sortie de l’avion après l’atterrissage de nuit à l’aéroport de Katowice nous ont fait prendre immédiatement conscience des enjeux de la COP24. Voici quelques réflexions sur les principaux succès de l’accord de Katowice, mais aussi sur nos principales déceptions.

Cet ensemble de méthodes, de procédures et de lignes directrices, communément appelé le « Paris Rule Book » (le guide de mise en œuvre de l’accord de Paris) régit la façon dont les pays réduiront leurs émissions, financeront les pays pauvres et veilleront à ce que chacun respecte ses engagements. Alors que l’avenir de la lutte contre le changement climatique dépendait de l’issue des négociations, celles-ci ont piétiné durant la deuxième semaine, différant d’un jour la clôture de la COP24. Le samedi 15 décembre, à 21 h 33, 196 pays sont cependant parvenus à un accord sur une série d’éléments cruciaux. Le point clé du débat était de savoir si les pays devaient mettre en œuvre un ensemble unique de règles pour orienter les efforts de réduction des émissions – avec une certaine souplesse pour les pays qui en ont besoin – ou définir des objectifs différenciés comme par le passé. cop24

L'accord final met en place un ensemble de règles – en laissant une certaine souplesse aux pays qui en ont besoin – accompagné d’explications. À partir de 2024, tous les pays seront tenus de soumettre un rapport biennal (sauf ceux qui bénéficient de cette souplesse) à l’aide d’un registre unique, et surtout, ils rendront compte de leurs émissions à potentiel élevé de réchauffement planétaire, sur la base des lignes directrices de 2006 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Il sera donc bien plus facile de comparer les efforts consentis par les pays et de mesurer les progrès à l’échelle mondiale. 

Bien que des avancées considérables aient été réalisées sur le front de l’information financière, la fixation d’un objectif financier à long terme et de règles pour le fonctionnement du marché du carbone a été reportée à la COP25. Le « Paris Rule Book » deviendra un instrument clé que l'AMCC+ pourra utiliser pour concevoir des actions climatiques avec ses pays partenaires afin de soutenir la mise en œuvre de leurs CDN. 

Les données scientifiques doivent absolument être prises en compte, mais elles ne sont pas toujours bien accueillies. 

Si la finalisation du « Paris Rule Book » a été une victoire de la COP24, le fait qu’un groupe de pays ait refusé d’approuver le Rapport spécial du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5° C sur les écosystèmes de la planète peut être considéré comme un échec. Cette décision a été largement perçue comme politique, car ce rapport contient plus de 6 000 citations de références scientifiques et rassemble les dernières conclusions de la recherche sur l’impact de l’augmentation de la température mondiale. Il avait par ailleurs été approuvé par les gouvernements au mois d’octobre.

« Nous avons répondu à l’urgence qu’ont fait entendre les scientifiques en approuvant le rapport spécial du GIEC sur un réchauffement planétaire de 1,5° C. Il s'agissait d'un point essentiel pour l’UE et ses alliés, » a déclaré Miguel Arias Cañete, commissaire européen pour l’action pour le climat et l’énergie. 

Le Rapport spécial du GIEC, demandé par les pays lors du sommet climatique de Paris en 2015, devait apporter une contribution importante aux négociations de Katowice, d’où la colère des 191 pays et des nombreux représentants de la société civile qui estimaient qu’il était essentiel de reconnaître les conclusions scientifiques. Bien qu'un compromis saluant « l’achèvement du rapport » ait aidé à sortir de l’impasse, il y a tout lieu de se demander comment convaincre les pays qui ne sont pas prêts à la transition si les conclusions scientifiques ne leur suffisent pas. 

Le multilatéralisme gagne peu à peu du terrain et de nouvelles voix se font entendre. poster

Dans le contexte de la récente montée des politiques nationalistes, d’aucuns ont exprimé des craintes quant à la faisabilité de parvenir à un accord technique à Katowice. Mais les négociations multilatérales ont ceci de « magique » que si très peu de pays (voire aucun) ont obtenu tout ce qu’ils souhaitaient, tout le monde a fini par soutenir un « paquet » unique qui nous tenait tous à cœur. Il s’agit là d’un aspect essentiel car même si les avancées semblent trop lentes, la lutte contre le changement climatique ne peut être gagnée que si elle associe tous les pays. Le multilatéralisme est ici la solution pour la communauté internationale.
 
Même si l’accord ne constitue pas vraiment une victoire pour la planète, il nous permet de garder le cap. Et alors que de nouvelles voix ont commencé à se faire entendre, celle des enfants – les dirigeants de demain –, nous pouvons peut-être trouver un peu de réconfort dans ce qu’ils nous disent : « Nous ne pouvons pas résoudre une crise sans la traiter comme une crise ». 

Fait marquant qui a présenté un intérêt pour les partenaires des PEID et des pays côtiers de l’AMCC+, la COP24 a également accueilli la Journée d'action pour les océans, organisée dans le cadre du Partenariat de Marrakech pour une action mondiale pour le climat. Dans leurs présentations, plus de 50 intervenants, parmi lesquels des Envoyés spéciaux et des Champions des Nations Unies, des ministres et des ambassadeurs, ainsi que des représentants de gouvernements, de la société civile, du monde universitaire et du secteur privé, ont insisté sur le rôle des océans et de leurs ressources dans l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ce phénomène. Le rapport détaillé et des informations complémentaires sont disponibles via le lien ci-dessous.
 

Le 7 décembre, l’Alliance mondiale contre le changement climatique Plus (GCCA+), une initiative phare financée par l'Union européenne (UE), a fêté son 10e anniversaire lors d'un événement spécial organisé durant la COP24. Une rubrique spéciale du site web de l’AMCC+, accessible via le lien ci-dessous, est dédiée à cet événement. Vous y trouverez les présentations et les biographies des intervenants. 

Liens
GCCA+ Event @ COP24  
Ocean Day @ COP 24 
UNFCCC COP24 

poster