Restaurer le corridor du bétail en Ouganda

seeds
Ms Teddy prepares seeds of Chloris Gayana for replanting some of which she sells to other farmers, Uganda ©GCCA+ /Zahara Abdul

Les plus de 200 000 habitants du district ougandais de Nakaseke – selon le recensement national de 2012 – vivent principalement de l’agriculture et de l’élevage. Les petits exploitants y cultivent du café, du maïs, des haricots, du manioc, des patates douces, des ananas, etc. Plus tôt dans l’année, le corridor du bétail – qui inclut le district voisin de Nakasongola – a été frappé par une grave sécheresse, qui a tué de nombreuses vaches et asséché de nombreux pâturages et points d’eau.

Cette sécheresse prolongée a eu un impact sur les agriculteurs, et notamment sur Mme Teddy Nakaye, propriétaire d’une exploitation agricole dans le sous-comté de Ngoma (district de Nakaseke).

Mme Teddy Nakaye est l’une des membres de la ferme-école St. Cyprian Ngoma, dans le village de Kololo (paroisse de Central Ward, municipalité de Ngoma), qui bénéficie du projet de l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) financé par l’Alliance mondiale contre le changement climatique (AMCC+), une initiative phare de l’Union européenne (UE).

« En tant que bénéficiaire de la ferme-école, mon rêve n’est pas seulement d’agrandir mon exploitation mais aussi d’élargir mes connaissances et de former davantage de femmes aux avantages des pratiques de gestion améliorée des pâturages. »

- Teddy Nakaye, member de la ferme école St. Cyprian Ngoma

Mme Teddy Nakaye a planté six hectares de chloris gayana, une espèce d’herbe indigène d’Afrique, qu’elle récolte pour fabriquer de l’ensilage. Son exploitation se développe et elle a acheté environ 100 génisses, c’est-à-dire de jeunes vaches qui n’ont pas encore vêlé ou n’ont eu qu’un seul veau. Elle prévoit d’agrandir son élevage en se procurant des vaches, des chèvres, etc.

Teddy
Adaptation to Climate Change in Uganda ©GCCA+ /Zahara Abdul
farm
Workers preparing silage at Ms Teddy Nakaye’s farm
@GCCA+ / Zahara Abdul

 

 

 

 

 

 

 

 

En plus de la ferme-école, 15 nouveaux réservoirs de vallée ont été construits et cinq anciens ont été rénovés dans le corridor du bétail ougandais. Le projet a été mis en œuvre dans six districts, à savoir : Nakasongola, Luwero, Nakaseke, Kiboga, Mubende et Sembabule.

Prenons le réservoir de vallée du village de Rwenyana  (paroisse de Sikye, sous-comté de Wabinyonyi, district de Nakasongola). Ce réservoir permanent construit par le projet est essentiel tant pour la consommation domestique que la production de bétail, en particulier lors des périodes de sécheresse. Le réservoir permet d’abreuver quelque 15 000 animaux durant la saison sèche et 200 durant la saison humide. Pour accéder à ce réservoir de vallée, certains agriculteurs parcourent jusqu’à 11 km.

Le réservoir de vallée est une source d’eau permanente et très importante, tant pour la consommation domestique que pour la production du bétail, en particulier durant la saison sèche, lorsque tous les autres points d’eau sont à sec. Durant la saison des pluies, comme les autres sources d’eau sont plus abondantes, moins de ménages viennent y chercher de l’eau.

tank
Rwenyana Valley Tank ©GCCA+ / Zahara Abdul
cows
Livestock drink water from a solar powered valley tank in Rweyana Village, Uganda ©GCCA+ / Zahara Abdul

 

 

 

 

 

 

 

 

« Durant la longue vague de sécheresse, nous avons perdu jusqu’à 30 % de nos animaux. L’année passée, en revanche, tous ont survécu. Avant la rénovation du réservoir de vallée, nous devions parcourir de longues distances pour trouver de l’eau. Nous devions par exemple nous rendre jusque dans le sous-comté de Mukote (entre les sous-comtés de Wabinyonyi et Kalungi) à 30 km, dans les sous-comtés de Kakoge ou Lubega, ou encore à Lugogo à environ 10 km. »

- Kalangwa John, président du Conseil municipal 1 et membre du comité des utilisateurs de l’eau, affirme 

Un réservoir de vallée solaire a aussi été construit à Katongole (district de Mubende). Il permet d’abreuver environ 1 000 animaux lors des périodes sèches et 300 durant la saison humide.

Charles Tebajukila, propriétaire d’une plantation de bananes dans le district de Mubende, utilise l’eau pour irriguer ses arbres. L’eau est pompée directement depuis un réservoir souterrain construit sous son domicile grâce au projet de l’AMCC+. Le réservoir permet de stocker l’eau de pluie collectée depuis le toit de la maison, tant pour la consommation domestique que pour abreuver le bétail.

« Ce réservoir souterrain d’eau de pluie a beaucoup aidé ma famille et mes voisons. Auparavant, nous devions aller chercher de l’eau dans un marais situé à 11 km.»

- Charles Tebajukila

Il fallait au moins six heures pour accomplir cette corvée, parce que les habitants de trois ou quatre villages venaient s’approvisionner auprès de la même source. Désormais, grâce au projet, il peut obtenir de l’eau dès qu’il en a besoin, abreuver son troupeau, irriguer son jardin et même fournir de l’eau à ses voisins.

 

cows
Livestock drink water from a solar powered valley tank in Rweyana Village, Nakasongola District, Uganda ©GCCA+ / Zahara Abdul
 

La galerie photo: Restaurer le corridor du bétail en Ouganda