Tchad : de l’eau pour les hommes et les animaux grâce à l’énergie solaire

 

Sur son cheval, Biney Moussa guide son troupeau jusqu’à la mare pastorale d’Adoumosso. Non loin, la petite Fatimé et d’autres enfants observent leurs mères charger des bidons d’eau sur le dos d’ânes. La mare est alimentée par des panneaux solaires, permettant ainsi aux éleveurs locaux d’avoir accès à de l’eau potable pour leur bétail et leur famille. Installés sur un site soigneusement clôturé à proximité de la mare, les panneaux permettent l’approvisionnement en eau de la région du Salamat, ce qui réduit sensiblement le long trajet effectué par les éleveurs pour abreuver leur troupeau.

Herds
© GCCA+/EU 2020. Photo taken by Denis Sassous

Le manque d’infrastructures de stockage de l’eau potable s’est aggravé en raison du changement climatique, contraignant les communautés à parcourir de nombreux kilomètres pour avoir accès à la précieuse ressource. En réaction, l’Alliance mondiale contre le changement climatique+ (AMCC+), une initiative financée par l’Union européenne (UE), a permis l’installation de panneaux solaires en vue du développement de l’énergie propre. L’Alliance a également construit des pharmacies vétérinaires et formé des vétérinaires qui distribuent des médicaments pour le bétail.

solar
© GCCA+/EU 2020. Photo taken by Denis Sassous

Dans la région du Salamat, décrite par la Banque mondiale comme l’une des plus pauvres au monde, l’économie repose sur le bétail. Situé au sud-ouest du pays, à la frontière de la République centrafricaine, le Salamat est l’une des 23 régions du Tchad. La gestion du bétail y fait face à plusieurs obstacles, comme le manque de sources d’eau fiables, les conflits intercommunautaires sur certaines routes et la pénurie de produits pharmaceutiques pour le traitement des animaux.

Pharmarcy

Sakine Issa, le pharmacien de Khach-Kacha, vérifie le stock de médicaments à la pharmacie avant de rejoindre les membres du comité de gestion de la pharmacie vétérinaire de Djoula. Grâce au projet « Adaptation aux effets du changement climatique et développement des énergies renouvelable » au Tchad, les éleveurs de la région et leur famille bénéficient désormais d’un accès quotidien à l’eau potable, à l’énergie propre et aux services vétérinaires.

La République du Tchad est confrontée à des phénomènes climatiques extrêmes, prenant la forme de sécheresses de plus en plus graves ou d’inondations de plus en plus violentes, selon la saison et la zone bioclimatique. Les impacts du changement climatique se font sentir dans de nombreux domaines : agriculture, élevage, pêche, santé, logement, etc.

 

 

Les systèmes d’approvisionnement en eau à l’aide d’une motopompe alimentée par l’énergie solaire peuvent faire une différence. Le prochain point d’eau est la mare pastorale d’Areba. Un gardien de troupeaux y verse de l’eau à ses chameaux, tandis que les membres du comité de gestion de la mare se réunissent à l’ombre d’un arbre.

 

tree
© GCCA+/EU 2020. Photo taken by Denis Sassous